Metraglob et Drôle de tête dans la jungle

Metraglob et Drôle de tête ont voulu faire une petite sortie en amoureux. La nature était tellement belle près de leur bungalow, qu’ils ont eu la bonne idée d’aller se promener dans la jungle. Le parc de Khao Sok est un lieu protégé, mais les sentiers sont balisés, et on peut y voir quelques cascades. Mais tous seuls au milieu des arbres et des bambous si serrés, ils n’étaient pas si fiers ! Les bruits des animaux inconnus les terrifiaient, les racines ressemblaient à des serpents, et la pluie tropicale commençait à tomber. Metraglob avait bien envie de prendre ses (nouvelles) jambes à son cou… Mais comme il n’a pas de cou…

Publicités

Les dix commandements de khao san road, Bangkok

Entre touristes tu resteras
Des bières toute la soirée tu boiras
De la techno toute la nuit tu écouteras
T.shirts et pantalons tu achèteras
Des gadgets lumineux tu envieras
A la piscine le jour tu resteras
De wifi en wifi tu surferas
Des hamburgers du dévoreras
Tout ton argent tu gaspilleras
Mais chaque jour tu y reviendras.

dej13-tdm14-num-16

l’Inde ou la sage folie

Article écrit par Athéna

Si nous devions définir l’Inde par deux mots-clés on aurait choisi Sagesse et Folie. Ou plutôt dans l’ordre chronologique de notre voyage, folie et sagesse. Les gens sont très sages, fidèles à leur religion, respectueux pour certains mais bien en même temps un peu foufous, du moins pour certains. Notre opinion de l’Inde aura bien vite changé après avoir passé Bombay… Une ville qui n’est vraiment pas la mieux pour commencer puisqu’elle est très dure à vivre, c’est sans doute l’endroit où nous aurions trouvé le plus de difficultés. Entre l’eau non-potable et les aliments à ne pas toucher nous avions vite regretté les plats français et les salades.
Nous avons aussi remarqué des différences cruciales entre les pensées de gens en France et en Inde… Par exemple les indiens ne seraient vraiment pas étonnés que Papa soit ingénieur, or en France les gens ne l’auraient jamais pensé. Papa n’a ni le look d’un ingénieur ni le caractère, ni rien. Pourtant en Inde, en voyant Papa bricoler son drone et le voir si concentré dans toutes ses manœuvres, les indiens n’hésiteraient pas sur cette hypothèse. Il y avait aussi les sadous, ces hommes torse nu, maquillés voire peints, se promenant munis d’un Trident… Ces hommes qui représentent d’ailleurs notre premier mot-clé, la folie. Mais ils sont pourtant des plus vénérés, des plus respectés. Ils sont connus pour aider, soigner, fournir, conseiller, vivre avec rien… Ils avaient soigné Papa de son mal de ventre à Orchha… Les Eunuques étaient aussi extraordinaires. Ces hommes déguisés ou même transformés en femme ! Ils ont choisi d’être femme pour toujours, on les reconnaît à leur approche, leur dynamisme mais en ce qui me concerne je les reconnaîs à leurs yeux : ils n’ont pas changé leurs yeux et bien qu’ils soient maquillés ce sont des yeux d’homme. Ils ont les cheveux longs, des robes, des sarees, du maquillage, du rouge à lèvre, des chaussures à talons ou tout simplement féminines… Ces hommes sont incroyables et apeurants, à première approche nous voyons des femmes, puis maman nous dit que c’était un homme et nous avons un petit soupçon de peur. C’est très spécial de les voir devant soi et nous aimons cela, juste les voir…
Mais en bref, l’Inde aura été le premier pays et le seul très fou. Nous n’en trouverons pas d’autres avec la même ambiance nous semble-t-il. Ce pays a été incroyable, magnifique, magique, extraordinaire comme il a été déprimant, épuisant, apeurant et pourtant nous en garderons un bon souvenir.

Et pour répondre à la séance que nous avions faite en classe sur les idées reçues de l’Inde nous avons écrit les articles suivants (cliquez sur les liens pour découvrir tout ce qu’on a appris) :

TRADITION / RELIGION
– Nous avons assisté à beaucoup de fêtes comme Ganesh Festival, Racksha Bandhan. Et aussi à Durga Pujha mais nous n’avons rien appris sur cette fête et n’avons pas le nécéssaire pour en faire un article.
La ville de Varanasi est une des plus ancienne de l’Inde et c’est une ville aussi très traditionnelle.

CINÉMA
– Nous avons essayé d’aller voir un film typiquement indien et nous avons eu la chance d’en voir un à Calcutta.
– On a aussi assisté au tournage d’une série très connue en Inde (voir les images dans le même article que ci-dessus).

SURPOPULATION / PAUVRETÉ
– A Bombay, on a réussi à visiter le plus gros bidonville indien, Dharavi.
– Et nous avons constaté les trains bondés, nous avons d’ailleurs passé 72 heures en tout dans les trains bondés.
– Et notre première impression de l’Inde qui rentrerait bien dans cette catégorie.
– Mais nous avons aussi vécu dans des villages très normalement peuplés, calme et tranquille. Comme Orchha ou Makaibari (Darjeeling)

L’AMBIANCE
– Sur l’ambiance, vous pouvez aussi revoir les articles des fêtes qui représentent assez bien l’ambiance indienne.

HISTOIRE / CIVILISATION
– L’Inde est aussi un pays qui a une très grande histoire, nous avons découvert ici des lieux relativement historiques et la puissance passée de l’Inde. A travers les palais de Gwalior, du Taj Mahal, et ceux de Khajuraho.

NOURRITURE
– Les Indiens aiment ce qui est très épicés, mais ne font pas forcément relever toutes les saveurs d’un plat en cuisinant. A venir ici les différents plats indiens que nous avons découverts

COLONISATION
Nous avons développé nos connaissances sur le système passé de la colonisation. Et nous avons pu voir les traces laissées par les anglais à travers les trains (notamment vers les panneaux qui sont les mêmes qu’en Angleterre), la culture du thé, et nos connaissances sur Gandhi grâce aux billets indiens (article à venir).

Metraglob à Kolkata, ça lui fait une belle jambe !

Lorsque Metraglob a découvert toutes les boutiques de rubans à Kolkata, il avait du mal à écarquiller encore plus les yeux ! Ils étaient tellement beaux qu’il aurait voulu s’en faire des sarees (ou plutôt pour Drôle de tête). Mais ses bagages n’étant pas extensibles, il a décidé de s’offrir des jambes, pour être à la hauteur de son amoureuse. C’est vrai, des jambes en voyage, c’est assez utile après tout ! Il espère que son choix, rose à paillette, séduira tout le monde !?

dej13-tdm13-num-10dej13-tdm16-num-242

Le petit train de Darjeeling

Nous vous remercions d’avoir voté pour nous aux Golden Blog Awards, mais n’avons hélas pas été « shortlistés »… Restons motivés, l’aventure continue !

Cet article est tout spécialement dédicacé à Alain, dit peg, et grand amateur de petits trains en tout genre.

Nous avons mis du temps à comprendre. Toy train ou Joy train (joy ride) ? Nous voulions prendre le train à vapeur, mais il semblerait qu’en cette haute saison touristique, il soit reservé pour un petit trajet de 2 heures, et de 10 km seulement. Trop peu pour nous ! Nous avons opté pour le vrai parcours, celui qu’empruntent en effet les indiens tous les jours. Partis donc à 7 heures du matin de Kurseong, non loin de Makaibari, nous rejoignons Darjeeling trois heures plus tard. Le retour prendra quasiment le même temps, la moitié du trajet se faisant de nuit. Alors oui, l’allée retour dans la même journée est un peu long, les odeurs de diesel nous ont marqués à jamais, et le klaxon incessant de la locomotive est gravé dans nos oreilles, mais nous ne pouvions passer à côté ! Et encore plus que les paysages, le passage du train au cœur des villes himalayennes, à moins d’un mètre à peine des maisons et des boutiques a su capter nos attentions pendant plus de six heures !

En passant

La série d’articles sur le temple a été réalisée par Typhaine, Edouard, Rikinaze et Andy.

Un immense merci à Aude Raux et Guillaume Collanges, rédactrice et photo-reporter d’Argos pour leur aide rédactionnelle, leurs belles photos, leurs conseils, leur disponibilité.

Merci également à tous les commerçants qui nous ont si gentiment accueillis et ont répondu bien volontiers aux élèves.

Et last but not least, un dernier merci au temple Ganesh, qui nous a ouvert ses portes avec générosité et à notre Guide, si patient et pédagogique. N’hésitez pas à aller consulter le site du temple pour en apprendre plus!

http://www.templeganesh.fr/Pajol.htm

Les Dieux

Dans la religion hindouiste chaque personne choisit le dieu qu’elle veut vénérer, et qu’elle désignera comme le dieu le plus important.

La religion est intégrée au quotidien des gens, qui défilent dès le matin afin de faire des offrandes aux dieux et de les prier pour obtenir une faveur. Les rites auxquelles nous assistons témoignent de cette ferveur :

IMG_7667

Chaque statue est habillée d’un sari blanc et porte un collier de fleurs. A leur base brûle de l’encens, et sont posées dans des coupes des offrandes végétales.

Dans cette religion il y a de nombreux dieux et de déesses.

Les trois dieux les plus importants sont:

  • Brahmâ, le Créateur, symbolisant le Passé. Brahmâ est né dans une fleur de lotus. Sa monture est un cygne et son épouse est Saraswati déesse de l’intelligence, de l’écriture, des sciences, de la connaissance et des arts;
  • Vishnu, le Préservateur, symbolisant le Présent. Vishnu un comme monture un aigle et il possède 10 avatars. Son épouse est Lakshmi déesse de la joie de l’harmonie et de l’équilibre et en particulier de la chance;
  • Shiva,  le Destructeur, le Transformateur (parfois aussi créateur), symbolisant le Futur; Shiva est un danseur cosmique son épouse est Shakti la déesse-mère (elle a plusieurs noms), elle est la fille de Parvataraja. Shiva et Shakti ont deux fils: Ganesh et Skanda.

    IMG-20130927-00090

    On raconte que c’est par la danse que l’Univers a été créé par Shiva.

Tous les trois forment la Trimûrti.

IMG_7665

Ganesh, le dieu éléphant.

Connaissez-vous l’histoire de Ganesh, le célèbre  sage à tête d’éléphant ?

Il est le fils de Shiva et de Parvati. Pendant que Shiva n’était pas là, Parvati créa Ganesh pour surveiller l’entrée de leur demeure. Lorsque Shiva revint Ganesh, le gardien, ne le reconnut pas  et refusa de le laisser entrer alors Shiva lui trancha la tête. Parvati était inconsolable.  Shiva lui  promit  alors quela première tête qu’il trouverait, il la couperait et la donnerait à Ganesh. Le premier à croiser la route de Shiva se trouva être éléphant, qui y perdit sa tête ! Shiva la lui trancha et l’offrit à Ganesh. C’est depuis ce jour que Ganesh est le dieu à corps d’homme et tête d’éléphant.

La réincarnation

Les hindous croient en la réincarnation après leur mort. C’est-à-dire que l’âme  « atman » quitte l’enveloppe corporelle pour entamer en cycle de réincarnation (littéralement prendre une nouvelle forme humaine ou animale) jusqu’à atteindre le nirvana (

Le karma est le bilan des actions positives ou négatives d’un être humain au moment de sa mort. Si ce bilan est favorable, l’ « atman »  va s’incarner dans un être supérieur dans l’ordre des êtres vivants. Si le karma est défavorable, l’atman va descendre dans la hiérarchie des êtres vivants lors de la prochaine incarnation. La hiérarchie des êtres vivants a à son sommet les Dieux et à sa base, les animaux.

Tout animal contient en lui un atman, au même titre qu’un homme, ce qui fait que tuer un animal dans l’hindouisme est une faute aussi grave que tuer un homme. Aussi, en Inde, si on est croyant, est-on le plus souvent végétarien. Et toute vie animale est profondément respectée. De plus, il existe une hiérarchie des êtres, tout aussi complexe pour les animaux : au sommet on trouve les mammifères et, tout en haut, la vache ; au bas de l’échelle des êtres vivants, on a les insectes. Cette hiérarchie des animaux s’explique par leur capacité à commettre ou non, des bonnes ou mauvaises actions.

En effet, il est plus difficile pour un insecte  que pour un mammifère de se maîtriser. Son atman aura probablement besoin de plusieurs réincarnations pour remonter dans la catégorie des êtres humains, alors que la vache peut cultiver un bien meilleur karma, étant un animal généralement pacifique et particulièrement généreux ( grâce à son lait). Image

Kolkata, India is over …

Kolkata, dernière étape pour nous en Inde. Et c’est sûrement pour ça qu’on était un peu décontenancés… On a beaucoup aimé cette ville, mais on n’a pourtant pas réussi grand´chose dans nos missions. Pas de photo. Pas de film. Nous n’avons rien réussi à voir d’effervescent sur durga puja, fête pourtant si importante apparemment. Puis nous avons voulu faire du geo caching, mais nous nous sommes fait attaquer par les moustiques. Le parc tranquille dans lequel était la cache etait trop humide en cette saison des pluies. Nous avons voulu aller au marché aux fleurs paraît il si extraordinaire. Mais nous n’y avons trouvé que quelques couronnes au milieu d’une allée de boue. Nous avons voulu aller au cinéma, mais mal renseignées, nous nous sommes retrouvées dans une sorte de Rosny2 qui nous a déplu. Le temps de trouver un cinéma plus typiques, la séance était un peu tard et nous avons dû quitter avant la fin, au risque de rater l’avion.

Et pourtant, nous avons été touchés par cette ville, ayant pour certains la Cité de la Joie et mère Teresa en tête, pour d’autres aucune image, mais une impression de ville hors du commun, hors du temps parfois. En témoigne une des rares photos que j’y ai faite : un hôtel visiblement en fonctionnement, mais aux allures de fin du monde …

IMG_9107

En passant

La religion Hindouiste,  comme  les grandes religions monothéistes, possède des textes sacrés : les « Véda », 4 recueils d’hymnes poétiques dédiés aux divinités. Les prêtres appartiennent à la caste des Brahmanes et doivent être strictement végétariens (toute vie animale est considérée comme sacrée). Ils ne ressemblent pas du tout à l’image que nous avons de prêtres catholiques : vêtus de saris blancs, de la poudre blanche sur le visage, le torse et les bras, ils récitent des mantras (prières chantées) devant les statues des divinités.

Ils allument de curieuses petites lampes faites de mèches trempant dans de l’huile.IMG_7664 IMG_7666Image

Les prêtres du temple