Drôle De Tête et le cimetière de trains

En sortant du salar d’Uyuni, où Métraglob a découvert le sel de la terre, Drôle De Tête, elle s’est régalée à escalader les vieux trains de Bolivie ! Tous ces trains lui ont rappelé avec un peu de nostalgie son voyage à Darjeeling

dej14-tdm15-num-670 dej14-tdm15-num-668

Publicités

Demi-tour

Approximativement, et étant entre l’Asie et l’Amérique du sud, il nous semble qu’on peut annoncer ici en Australie notre demi tour. Non pas que nous nous retournions pour rentrer, ni même que nous entamions notre retour, puisqu’on tourne en rond, mais probablement avons nous environ parcouru notre demi parcours.

D’après les estimations d’Aladin faites sur Google earth, nous avons parcouru 16 303 kilomètres d’avion, 7 641 en bus, voiture privée ou taxi, et 3 246 en train, soit 27 190 kilomètres tous transports confondus. Et nous ne comptons pas les nombreux tuk tuk, quelques bateaux et les très peu de kilomètres à pied qui nous ont pourtant bien marqués ! La terre ayant une circonférence de 40 000 kilomètres, ce sera au final plus qu’un tour du monde que nous aurons parcouru en rentrant en août prochain, si nous restons sur le même rythme !
Nous y avons laissé six paires de chaussures, quatre valises ou sac à dos, dix paires de lunettes, un zoom H4, une gopro, un iPod (eh oui, tout le monde n’est pas aussi exemplaire que les Laos…) un chargeur nomade, un couteau, deux lampes de poche, un sac à viande, de nombreuses chutes de drone dont j’ai moi même du mal à suivre les consequences, quelques CD du cned et quelques babioles abandonnées volontairement. Nous n’avons à déplorer aucun problème de santé, si ça n’était une chute dans la salle de bain de Sydney qui a valu à indira quatre agrafes dans le cuire chevelu. Mais cette aventure compte elle ? Elle aurait finalement tout aussi bien pu arriver à Bagnolet …

Le petit train de Darjeeling

Nous vous remercions d’avoir voté pour nous aux Golden Blog Awards, mais n’avons hélas pas été « shortlistés »… Restons motivés, l’aventure continue !

Cet article est tout spécialement dédicacé à Alain, dit peg, et grand amateur de petits trains en tout genre.

Nous avons mis du temps à comprendre. Toy train ou Joy train (joy ride) ? Nous voulions prendre le train à vapeur, mais il semblerait qu’en cette haute saison touristique, il soit reservé pour un petit trajet de 2 heures, et de 10 km seulement. Trop peu pour nous ! Nous avons opté pour le vrai parcours, celui qu’empruntent en effet les indiens tous les jours. Partis donc à 7 heures du matin de Kurseong, non loin de Makaibari, nous rejoignons Darjeeling trois heures plus tard. Le retour prendra quasiment le même temps, la moitié du trajet se faisant de nuit. Alors oui, l’allée retour dans la même journée est un peu long, les odeurs de diesel nous ont marqués à jamais, et le klaxon incessant de la locomotive est gravé dans nos oreilles, mais nous ne pouvions passer à côté ! Et encore plus que les paysages, le passage du train au cœur des villes himalayennes, à moins d’un mètre à peine des maisons et des boutiques a su capter nos attentions pendant plus de six heures !

Drôle de tête à Darjeeling

(Et si vous aimez ce blog n’oubliez pas de voter pour nous aux golden blog awards)

Drôle de tête était bien étonnée en arrivant à la gare de Darjeeling ! En effet, le panneau lui a rappelé son escale à Londres lorsqu’elle avait fait une photo devant l’underground londonien. Lucie, sais tu pourquoi les panneaux de train en Inde sont les mêmes qu’à Londres ?

dej13-tdm12-num-552Le petit train part deux fois par jours de Darjeeling, pour rejoindre Kurseong où nous habitions, à 25 kilomètres de là. Il met trois heures… A la haute saison touristique, comme en ce moment, la locomotive à vapeur est mobilisée pour un tout petit trajet de dix kilomètres pour satisfaire les touristes. Mais comme nous ne sommes pas des touristes, nous avons préféré le vrai train, avec la loco diesel. Ce jour là, Drôle de tête et Vénus ont eu très peur en voyant le train partir ! Elles pensaient l’avoir raté… En fait, il faisait une manœuvre, et est revenu nous chercher. Les Indiens ont bien rit en nous voyant courir après 🙂 !

dej13-tdm12-num-556(Et si vous avez aimé cet article, n’oubliez pas de voter pour nous aux golden blog awards)

Edition spéciale !

TRAIN DE NUIT DE KHAJURAHO A VARANASI

Après avoir cherché la meilleure position, Aladin trouve enfin le sommeil.

Mais à trois heures du matin, de grands cris nous réveillent. Apparemment, nos voisins de wagon ont attrapé un voleur. La police arrive en renfort, tabasse, ligote puis embarque le coupable. Pas de présomption d’innocence semble t il. Aladin détient ici un document exceptionnel : des images volées de l’évènement. Soyez concentrés, elles sont furtives :

Heureusement, nos bagages sérieusement attachés grâce à Baladéo, nous pouvons nous rendormir sur nos deux oreilles. D’autant que la police nous escorte du coup jusqu’à Varanasi.

dej13-tdm05-num-159

Gwalior la surprenante

Le voyage commençait mal : pour deux heures de train, nous avions décidé de ne pas prendre de réservations. Aussi avons nous failli rester sur le quai, car monter à cinq plus les bagages dans un wagon bondé est un sport que nous connaissons mal… Nous réussissons finalement à nous caser dans un wagon de militaires en perm …

dej13-tdm05-num-88

L’arrivée à l’hôtel ne fit qu’augmenter le vague à l’âme que nous avions en quittant notre resthouse d’agra. Chambres chaudes, pas de restau, pas de jardin, rien de très engageant … Mais pas le choix … Seule la réception valait le détour visuel.

dej13-tdm07-num-295

Nous contactons Nilesh, non pas le mari de Shariva, mais le Nilesh que nous avions rencontré une dizaine de jours plus tôt lors de nos 24h de train mumbai agra. Ravi que nous ayons tenu notre promesse, Nilesh débarque à l’hotel le lendemain matin 9h pour nous emmener chez lui, à la campagne. Nous embarquons avec nous Fabien, sympathique routard rencontré à l’hôtel. Fabien d’ailleurs si tu nous lis, laisse nous un message, nous n’avons pas tes coordonnées !! .
Dans la campagne de Nilesh, nous ne trouvons pas plus d’arbres magnifiques, que de parents agriculteurs comme annoncé, mais nous passons une journée mémorable et tranquille chez lui, très généreusement accueillis autour d’un bon repas épicé.

dej13-tdm07-num-122

Puis deux jours après, nous attendons Gasper, venu spécialement de Goa à notre rencontre. Gasper est photo vidéo reporter indépendant, et répond à une commande d’ euronews pour l’émission « learning world ». Et oui, nous avons été choisis pour témoigner sur l’éducation que nous donnons à nos filles pendant le voyage, qu’elle soit formelle ou informelle ! Nous vous transmettrons la date de diffusion lorsqu’on en saura plus…

dej13-tdm07-num-173
Une fois le cned du matin bouclé, nous partons tous ensemble en expédition à la citadelle. Et là, nous tombons en admiration sur le lieu, depuis ses statues jaïns jusqu’au palais de faïences bleues datant du 16è. Du coup, nous qui n’attendions que de quitter l’hôtel depuis quatre jours, décidons de rester un jour de plus pour mieux revoir la citadelle.

dej13-tdm07-num-221 dej13-tdm07-num-189 dej13-tdm07-num-204 dej13-tdm07-num-305

Les réservations de train sont donc prises pour le dimanche matin 11h, direction Jhansi pour aller voir Orchha. Une heure de train seulement, mais pas question de renouveler l’expérience Agra-Gwalior. Nous arrivons une heure à l’avance, patientons sagement en attendant notre train en retard, puis comprenons une fois qu’il quitte le quai que c’était le nôtre … Pas facile de trouver le bon renseignement en Inde …
Bref, nous prenons le prochain… sans réservation du coup … Mais cette fois nous décidons de monter dans la sleeper class, Athena et Indira assez choquées de notre gruge ont trouvé néanmoins que le risque valait la peine d’être pris . ..

dej13-tdm07-num-392

Le grand départ

Et voilà le jour J arrivé… Difficile à réaliser, depuis le temps qu’on en parle… On a soudain l’impression d’être propulsés vers l’inconnu. Portés par tous les préparatifs, on n’a même pas eu le temps de se poser la question si on s’inquiétait ou non. En tout cas, le 13 août à la gare du nord, il est de toute façon trop tard pour se poser quelle question que ce soit. On y va, et puis voilà !