Le 25 mars, vous avez le choix !

pendant qu’Athena et Indira présenteront notre film à Avignon, jérômine ira à la rencontre des Aventuriers du Bout du Monde à Caen ! 

C’est donc le samedi 25 mars, et tous les détails sont là, sur le site d’ABM Caen. 

  

Publicités

Charentaises et Charentais, c’est pour vous ! 

Ce dimanche 9 octobre 2016 nous aurons le plaisir de présenter notre film au festival des aventuriers, à Tonnay en Charente. Nous y serons au grand complet, et aurons plaisir à vous rencontrer. 

Infos et réservations sur le site du festival. 

Et peut être même, si on est vraiment sérieux, vous aurez la chance de pouvoir acheter le DVD du film, et l’album du tour du monde d’Aladin. En version artisanale bien sûr 😉

  

Restez lélé

Au fait ! J’ai completement oublié de vous faire part du dernier projet d’Aladin ! 

Télélé, la web télé d’Aladin a entièrement été tournée dans notre salon, n’hésitez pas à la partager :

Voyagez en musique, avec Aladin

Voilà bientôt un an qu’on est rentrés, et vous vous ennuyez sûrement autant que nous de nos aventures…

Alors pourquoi ne pas repartir en musique ? Souvenez-vous par exemple du clip endiablé de Rio, de la guérisseuse d’Atacama, de l’éternel feu sacré inspiré par Varanasi, des innombrables salutations indonésiennes !

Alors n’hésitez pas, rendez-vous sur le site d’Aaldin, et achetez son album « autour de la Terre », c’est sûr, vous ne le regretterez pas. Et si vous y prenez goût, vous trouverez même d’autres albums

ILS SONT TOUS ICI

Ce week end, votez !!

Athéna et Indira sont parties en voyage scolaire en Sicile. C’était magnifique, elles n’ont jamais rien vu d’aussi beau !! « Non mais maman, te retrouver face à un temple grec, t’imagines même pas !! Angkor ou Tiwanaku, ça n’a rien à voir à côté ! »

Tant mieux, on n’en a pas fait des blasées alors…

Et si vous voulez encourager leur classe entière qui participe à un concours de carnet de voyages de collégiens, un petit vote en suivant ce lien, ça sera hyper sympa !! Avant lundi !

https://adbx.me/Odyssee_jeunes/ZAdb2vD6w7/HPKw9xzjfNKWUI6R

« Petit carnet de souvenirs inspirants »

Il faut bien vous avouer, qu’après deux ans de  globeaublog.com, la tenue d’un blog me manque… Alors plus de 6 mois après notre retour, j’avais besoin d’un projet créatif qui me garde un pied dans le nomadisme. J’ai trouvé que le carnet de voyage était une bonne symbolique. Une manière de me prouver qu’on peut garder un esprit bohème en restant chez soi : s’émerveiller de tout ce qu’on vit au quotidien, au point d’en vouloir garder une trace personnelle, être à l’affût de souvenirs riches en couleurs, savoir reconnaitre les  épices de notre quotidien. Ce ne sont pas tant les pays lointains qui me manquent en étant sédentaire, mais bien l’état d’esprit d’une envie de rencontres et de découvertes, que la routine du quotidien nous empêche parfois de savourer. En faisant ce carnet, je reste éveillée sur les petits plaisirs de la vie, et les souvenirs uniques qu’ils nous laissent. Vous pouvez suivre cette nouvelle aventure « un jour une page » qui sera tenue dans mon « petit carnet de souvenirs inspirants », et relayée quotidiennement sur mon nouveau blog : diy365jeromine.wordpress.com. En espérant tenir le challenge !

  

Le patrimoine mondial

Les lieux inscrits sur la liste du patrimoine mondial ont été étudiés et retenus par l’UNESCO. Ils sont d’une beauté ou d’une architecture incroyable et extraordinaire. Si l’UNESCO les protège et les défend de toutes tentations de dégradation c’est pour que les Hommes puissent préserver ces endroits sur cette terre,  qui compteront à jamais dans leur histoire.

Pour faire partie du patrimoine mondial, les lieux doivent respecter au moins un des dix critères établis par la Convention du patrimoine mondial. Dans ces critères, on compte principalement le fait de témoigner d’une civilisation et d’établissements de traditions humaines qui soient représentatifs d’une culture. On compte également les lieux témoignant de l’évolution de la nature ; des animaux et des plantes, mais aussi ceux qui sont issus d’une architecture stratégique et admirable, magnifique et extraordinaire. Peuvent faire à leur tour partie du patrimoine mondial les lieux abritant et préservant des espèces menacées et en voie de disparition, puisque l’UNESCO se doit de protéger la terre et ses merveilles naturelles y vivant.

Durant notre voyage, nous avons pu en voir un bon paquet. En Inde, Agra et son fort rouge réputé pour son architecture, sa grandeur grandiose sans pour autant négliger la beauté des lieux. Le Taj Mahal connu pour la beauté de ses murs incrustés de pierres précieuses et son architecture symétrique remarquable, sans oublier son histoire mythique. Les multiples temples de Kadjuraho qui trônent dans des jardins entretenus. Les représentations diverses de l’amour les rendent uniques. Le chemin de fer de Darjeeling parce qu’il traverse des paysages d’altitude exceptionnels pendant la longue durée de 3 heures, pour 24 km.

 

Au cambodge, nous avons inévitablement visité les temples d’Angkor qui sont protégés par l’UNESCO pour la beauté de leur architecture et les différentes sculptures qui sont incrustées dans leur murs. L’art Khmer d’Angkor ayant influencé une très grande partie du pays est également reconnu pour ce talent.

Disposé en forme de lotus, l‘ensemble de Borobudur en Indonésie représente parfaitement l’art et la matérialisation des croyances indonésiennes puisque la fleur de lotus est celle sacrée de Bouddha. Sa pyramide à niveau a également fait pencher le choix de l’UNESCO dans la balance.

En Australie, nous avons pu traverser une partie de la région des montagnes bleues réputée pour sa grande étendue d’Eucalyptus et également pour sa flore majestueuse qui fait de la région un bien important du patrimoine mondial. De retour à Sydney, il nous fallut absolument apercevoir pour le moins, son opéra, classé au patrimoine mondial pour son architecture incroyable et représentative de l’imagination concrétisée du XXème siècle.

Au Chili, c’est le centre historique de la deuxième ville de ce pays : Valparaiso ou Valpo pour les intimes qui est compté parmi les lieux du patrimoine mondial. En effet la beauté urbaine colorée de ce quartier le révèle être un bien de l’UNESCO. Les milliers de maisonnettes montées et dressés le long de plusieurs collines accentuent davantage la beauté du lieu.

En Argentine, nous sommes allés dans le parc national d’Iguazu.  Il est dit bien de l’UNESCO pour sa biodiversité de plantes, d’oiseaux, de mammifères marins et terrestres et d’invertébrés incalculables. Mais également pour ses impressionnantes chutes d’eau très nombreuses qui sont les plus grandes, les plus puissantes, et les plus grandioses du monde dans un cadre vert tout à fait remarquable par la tropicalité des plantes et la forêt en elle-même.

Au Brésil, c’est Rio de Janeiro qui fait partie du patrimoine mondial. La beauté croissante de cette ville perchée entre les montagnes et la mer fait d’elle une des plus belles villes du monde, parmi les plus grandes. Ses nombreux monuments naturels ou issus d’une construction humaine, tels que le corcoavado, ou le Christ rédempteur, le pain de sucre et sa baie très connue attirent l’admiration des voyageurs et de nombreux auteurs. Rio est une ville surprenante.

En Bolivie, premier bien que nous avons visité : la ville de Potosi. En réalité, c’est surtout la montagne qui surplombe cette ville qui en fait d’elle un bien. Les gisements gigantesques d’argent font d’elle une ville à préserver en toute priorité, d’autant plus qu’elle est classée depuis cette année sur la liste des sites en danger, à cause des exploitations minières incontrôlées. Ensuite, nous avons visité l’hispanique ville de Sucre qui regorge un centre plein d’histoire et de cultures du pays mélangées à celles importées d’Espagne. Mais la Bolivie compte un troisième bien, le dernier que nous ayons pris plaisir à visiter et à y découvrir sa riche histoire : Tiwanaku. Les ruines témoignent d’une culture et d’une civilisation andine qui y sont pour beaucoup dans le développement de la vie et de l’histoire préhispanique. Enfin, et nous l’avons appris récemment car c’est nouveau de cette année : Qhapaq Nan, le réseau de routes andins qui traverse bien des pays de l’Amérique du Sud. Il serpente entre les montagnes et offre une vue incroyablement unique témoignant du savoir-faire des Incas.

Au Pérou, deux villes que nous avons successivement visitées font partie du patrimoine mondial et ne sont autres que Arequipa et Cusco. Cette dernière ayant été sélectionnée pour son parfait témoignage de la civilisation des Incas au Pérou. Arequipa, elle, est une ville sélectionnée pour son centre culturel retraçant l’histoire du peuplement colonial contraint par la nature sauvage qui entoure Arequipa.

Enfin, il y a les points moins positifs et magnifiques que ceux décrits plus haut. En effet, le patrimoine mondial et les biens qu’il préserve ont les inconvénients de leurs avantages. Car plus le tourisme fait rage, et plus le lieu préservé, naturel et jugé comme étant une merveille de la nature se dégrade.

 

Prenons l’exemple du Macchu Picchu, un grand territoire tapis de ruines au creux d’un nid dans de hautes montagnes, de quoi vous épater grandement certes, mais pourtant les touristes et les bus y grimpant par milliers sont une menace. Une menace qui risque de provoquer très probablement son effondrement, et son équilibre dans le creux des montagnes ne sera plus. C’est en partie pour cette raison que nous avons jugé bonne et solidaire que nous ne mettrons pas les pieds au Macchu Picchu.

Mais si nous avons déjà vu bon nombre de lieux du patrimoine mondial, nous savons que le reste du Pérou et le Mexique nous en réservent d’autres. Nos apprentissages dans le monde sont en partie dus à nos visites de ces biens très instructifs et mythiques dans le monde.

De passage à Cancun

Il y a des lieux sur terre bien pourris par le tourisme de masse, Cancun en fait partie …
Bien sûr Cancun n’y est pour rien si mon bagage rempli de mes carnets de voyages et autres doudous tour du monde n’était pas sur le tapis roulant en sortant de l’avion. Bien sûr Cancun n’y est pour rien si Aladin avait de la fièvre en arrivant et a vomi toute la nuit. Mais tout cela ne nous a pas aidés à nous détendre et à apprécier l’ambiance de cette ville, ou tout simplement à nous ouvrir l’esprit et regarder le phénomène avec curiosité !
Lorsque nous préparions notre voyage, on m’avait conseillé un jour de fuir Cancun, à peine l’avion aurait il atterri. Ce même jour, Athena et Indira me demandaient, des étoiles dans le yeux, si nous passerions par Cancun. Elles en avaient entendu parler par leurs copines qui suivent assidûment quelques séries télé. Il en faut pour tous les goûts paraît il. Nous, nous avons du mal avec cette ambiance surdimensionnée, ce tourisme qui n’apprend rien, ce luxe sans avenir, qui nous repose une fois encore la question « Mais où va t on ? ». Une sorte de Khao San Road puissance mille, si vous vous souvenez de notre article.

Quand je pense que c’est ici que je vais devoir fêter mon anniversaire la veille de notre retour… Au moins celui-ci, je m’en souviendrai !