Mourir à Varanasi…

…et atteindre le nirvana !

(Et si vous aimez ce blog n’oubliez pas de voter pour nous aux golden blog awards)

dej13-tdm11-num-143

La musique de ce film est un concert auquel nous avons assisté à Varanasi.

Nous qui hésitions à venir ici, par peur de la grosse ville, de l’attrape touristes, et du stress, nous avons bien fait de nous faire violence. Nous avons vraiment apprécié cet endroit, déambuler dans les rues moyenâgeuses, où le mysticisme s’impose quelle que soit notre vision de la vie.

Une des premières surprises en arrivant à Varanasi a été de voir voler tous les cerf-volants depuis la terrasse de l’hôtel. Vénus a voulu essayer, mais ce sont finalement Athéna et Indira qui y ont trouvé le plus de plaisir.

La musique de ce film est un concert auquel nous avons assisté à Varanasi.

dej13-tdm11-num-6

(Et si vous avez aimé cet article n’oubliez pas de voter pour nous aux golden blog awards)

Edition spéciale !

TRAIN DE NUIT DE KHAJURAHO A VARANASI

Après avoir cherché la meilleure position, Aladin trouve enfin le sommeil.

Mais à trois heures du matin, de grands cris nous réveillent. Apparemment, nos voisins de wagon ont attrapé un voleur. La police arrive en renfort, tabasse, ligote puis embarque le coupable. Pas de présomption d’innocence semble t il. Aladin détient ici un document exceptionnel : des images volées de l’évènement. Soyez concentrés, elles sont furtives :

Heureusement, nos bagages sérieusement attachés grâce à Baladéo, nous pouvons nous rendormir sur nos deux oreilles. D’autant que la police nous escorte du coup jusqu’à Varanasi.

dej13-tdm05-num-159

A Khajuraho, pas d’hélices hélas…

Lors du dernier vol du drone, pour filmer le Kalap tree, les moteurs ont chauffé et le quadricoptère a fait une chute fatale aux hélices… Nous avons donc décidé d’en commander et de les faire livrer à Khadjuraho où nous venions d’arriver. Ayant l’habitude de rester une semaine ou dix jours, nous pensions qu’il n’y aurait pas de problème…

Nous avons donc pris notre mal en patience, dans cet hôtel aux allures 70’s, certes un peu luxueux pour nous…

khajuraho

Jour après jour, nous avons fait des sauts dans l’eau… mais les hélices ne sont jamais arrivées… A ce jour, nous cherchons toujours la solution pour continuer à voler…

Metraglob, lui, est plutôt naïf…

Non, Metraglob n’était pas devant les statues d’amoureux avec son amoureuse… Il a découvert le musée des arts tribaux de Khajuraho, et n’a pas pu en décoller tant ça lui a plu ! Il sait aussi l’amour de Nadia pour les éléphants, et a choisi une belle pièce pour prendre la pose.

dej13-tdm09-num-308

Il partage avec sa classe quelques photos qu’il a eu le droit de faire, à titre tout à fait exceptionnel ! Et n’ayant pas pu monter dans le Kalap tree, il se demande si les élèves seront inspirés par de si belles peintures d’arbres !

Drôle de tête se sent moins seule !

Drôle de tête est allé visiter les temples de Khadjuraho, et il a eu une belle surprise ! Il a retrouvé plein de copains qui avaient une aussi drôle de tête que lui ! Génial non ?

dej13-tdm09-num-242

 

Bien sûr, sur ces temples classés au patrimoine mondial, il y avait beaucoup de très belles sculptures à admirer toute la journée. Mais nous ne rentrerons pas ici dans tous les détails 😉

Du papier sans arbre !

A Orchha, on était bien contents de découvrir une usine de papier sans arbre ! Taragram produit en effet du papier à partir de récup’ de tissus, ou de vieux papiers. On n’a pas tout compris aux explications techniques, vu qu’il n’y avait pas d’explications, mais on a visité l’usine, c’était bien beau. Et leur papier est aussi magnifique !

Tara signifie « Technology and Action for Rural Advancement » et gram en Hindi veut dire village. Depuis 1995 Taragram a pour but de montrer la viabilité économique et la durabilité de ce système de production. En bénéficient les femmes de la région.

The Kalap Tree

dej13-tdm08-num-162

Voilà, Aladin a enfin trouvé son arbre ! Le Kalap tree, ou encore le Maran Imly en Hindi. Nous on l’a appelé « l’arbre de papa ». A peine arrivé à Orchha, en se rendant vers le petit village de Ganj, il l’avait repéré de loin. Seul et majestueux au milieu de rien, il a tout de suite compris que son quadricoptère accomplirait enfin sa mission ! Au lever, au coucher du soleil, il ne l’a pas lâché, jusqu’à brûler un moteur, qui a valu au drone une chute de plusieurs mètres. Mais les prises de vue étaient faites, Aladin était heureux !

Nous voilà maintenant bloqués à Khajuraho, à attendre les hélices de rechange venues d’Australie semblerait il, pour pouvoir voler à nouveau…

dej13-tdm08-num-340