A la poursuite du banyan tree…

La jungle de Khao Sok n’a plus de secret pour vous depuis que nous vous l’avons présentée. Aladin, lui y est parti à la recherche de sa deuxième proie…

 

Publicités

Le parc de Khao Sok

Nous quittons Bangkok et sa Khao San road pour nous rendre dans une autre jungle, plus au sud. Ayant prévu de repasser deux fois à Bangkok, nous posterons plus tard sur cette ville, afin d’affiner notre avis sur la capitale…

Du papier sans arbre !

A Orchha, on était bien contents de découvrir une usine de papier sans arbre ! Taragram produit en effet du papier à partir de récup’ de tissus, ou de vieux papiers. On n’a pas tout compris aux explications techniques, vu qu’il n’y avait pas d’explications, mais on a visité l’usine, c’était bien beau. Et leur papier est aussi magnifique !

Tara signifie « Technology and Action for Rural Advancement » et gram en Hindi veut dire village. Depuis 1995 Taragram a pour but de montrer la viabilité économique et la durabilité de ce système de production. En bénéficient les femmes de la région.

The Kalap Tree

dej13-tdm08-num-162

Voilà, Aladin a enfin trouvé son arbre ! Le Kalap tree, ou encore le Maran Imly en Hindi. Nous on l’a appelé « l’arbre de papa ». A peine arrivé à Orchha, en se rendant vers le petit village de Ganj, il l’avait repéré de loin. Seul et majestueux au milieu de rien, il a tout de suite compris que son quadricoptère accomplirait enfin sa mission ! Au lever, au coucher du soleil, il ne l’a pas lâché, jusqu’à brûler un moteur, qui a valu au drone une chute de plusieurs mètres. Mais les prises de vue étaient faites, Aladin était heureux !

Nous voilà maintenant bloqués à Khajuraho, à attendre les hélices de rechange venues d’Australie semblerait il, pour pouvoir voler à nouveau…

dej13-tdm08-num-340

Le point de départ

Article écrit à quatre mains, avec Indira

dej13-31num-65

Ne l’oublions pas, notre tour du monde a pour thème les arbres. Aussi, la semaine précédant notre départ, en plein cœur du Morvan, lorsque nous avons entendu parlé de tree climbing, nous avons sauté sur l’occasion. Nous avons tout de suite pensé que cette aventure serait le point de départ de notre tour du monde, de notre odyssée des arbres.

Le treeclimbing, c’est génial ! Ca consiste à apprendre à grimper dans les arbres en les respectant. L’accro-branche par exemple, c’était ça au début ! Mais on a facilité les choses en les rendant plus ludiques et faciles comme elles se trouvent aujourd’hui, pour transformer l’activité en parc d’attraction. Le tree climbing, lui, ne doit pas laisser de traces dans les arbres, pour ne pas les blesser.
Nous sommes montés à un petit peu moins de 20 mètres, certains ont laissé tomber avant l’arrivée, d’autres voulaient continuer encore plus haut ! Au début, j’avais peur de devoir trop forcer, mais c’était sans problème, parce qu’il y avait des systèmes auto-bloquants. On a joué à s’accrocher aux énormes branches d’arbres, mais pour se relâcher, c’était plus dur. Et donc évidemment, en descendant,
courageux comme nous sommes, Lounès, Athéna et moi, on à joué avec les cordes, on s’est balancés, on a fait des figures, on s’est attrapés les cordes… enfin bref, je vous recommande fortement le TreeClimbing !!

dej13-31num-15dej13-31num-5dej13-31num-29

dej13-31num-71

Durant l’initiation, Olivier, éducateur en grimpe d’arbre, prend le temps de faire découvrir les arbres aux enfants. Ainsi, ils apprennent que les branches les plus basses, devenues inutiles sont abandonnées par l’arbre qui leur coupe l’accès à la sève. Elles tombent alors, laissant des cicatrices visibles dans le tronc. Ensuite, munis d’un stétoscope, chacun se met à l’écoute d’un arbre et peut ainsi entendre la sève qui monte en lui. Autant de découvertes qui leur donnent ensuite envie de grimper jusqu’ à la cime !