On habite un quartier formidable !

C’est au jardin du plateau « la plage arrière » que la rencontre a eu lieu. Pourtant, on n’y était même pas … Jean-Christophe et Lembe y sont arrivés presque par hasard, et se sont mis à raconter leur vie aux copains du quartier. Notamment qu’ils avaient six mois pour trouver un nouveau logement, dans l’idéal avec un studio musique. Alors forcément, tout le monde leur a donné notre numéro. Remarquez, c’etait plutôt dans leur intérêt de nous trouver des remplaçants sympas !
Puis, ils sont venus, ils ont vu, et on a signé ! Elle est pas belle la vie ?

Et pour mieux les connaitre, vous pouvez aller voir le site de leur groupe « Rouge Madame« . Vous pouvez aussi aller voir le film « chronique d’une cour de recré », encore dans les meilleures salles, c’est Jean-Christophe qui a fait la musique.

Et puis ça nous fait une nouvelle ligne à barrer dans la to do list. Ouf !

La maitrise

Il le dit lui-même, il commence à être content de lui ! Il ne pense qu’à voler jour et nuit, et ça finit par payer : Aladin sent qu’il commence à maitriser son tapis volant ! Petit tour à la Plage Arrière, jardin partagé de notre quartier, où a lieu la distribution de l’AMAP. Ca ressemble à un au revoir heureux…

Vous pouvez d’ailleurs aller voir le blog de la Plage Arrière et pourquoi pas y faire un tour si vous passez par Bagnolet !

Le collège [d’après Athena]

Maintenant,  Indira et moi sommes au collège… C’est un grand changement évidemment mais c’est super ! Moi je suis en bilingue (anglais, allemnd) avec des amies que j’avais aussi l’année dernière….

Sinon tout se passe bien, il y a des clubs le midi comme la chorale… Des emplois du temps différents, des professeurs spécialisés dans leur domaine (10 professeurs). L’année prochaine, on va quand même rester en contact avec le collège  on va suivre les cours, etc. Il y a des choses négatives et positives mais dans l’ensemble c’est plutôt positif. À tel point que l’année prochaine, le collège va me manquer.

C’est quand même spécial, le collège. Mais on est au second trimestre et maintenant la primaire est loin derrière.

Au collège, on voit que tout le monde change de comportement, c’est plus stressant que l’an dernier…. Mais ça ne me dérange pas… Mes professeurs et ma classe es ont super ! Mon emplois du temps aussi, ma professeurs principale aussi etc. À part le fait de se lever tôt, mais très tôt, rien ne me dérange.  Il y a quand même beaucoup d’absences, mais  on y peut rien et c’est quand même normal.

En fait il n’y a pas tant de choses à dire sur le collège ! Pour ceux qui n’y sont pas encore, c’est super ! E pour ceux qui l’ont passé, vous étiez comme moi ?

Les amies à ne pas quitter

Je vous présente ici les amies qui comptent le plus pour nous, puisque ma soeur en parlait, alors voici comment moi, Indira, je les aime.

Tijana:
Une superbe amie avec qui on partage tout, « folleries » comme angoisses, la séparation du collège nous beaucoup attristées, je l’ai connue plus tard que ma soeur, dès la première heure de notre premier jour en primaire ! Très bonne élève, elle a toujours été un peu en avance sur le programme scolaire!;) Ses cheveux dorés et ses yeux verts m’ont toujours épatée ! Elle pratique aussi de la gym…

Typhaine: Je l’ai connue avec Tijana, je dirais qu’elle est plus attirée par la vie en dehors de l’école que Tijana, ce qui ne l’ empêche pas d’être bonne élève ! Elle est petite de taille mais a des cheveux bruns jusqu’aux fesses ! Elle m’a toujours aidée quand j’en avais besoin et a toujours été très fidèle !

Anna: Une admirable fille qui est arrivée en CE2 dans la classe d’Athéna, malgré nos petites querelles, on reste toujours aussi « fofolles » envers chacune ! On veut toujours faire tout ensemble, toutes les trois, on s’aime beaucoup ! Anna a des cheveux mi-longs et blonds…

Rikinaze: Elle a débarqué à Jean Jaurès l’année dernière, on est très copines de classe toutes les deux mais moins de quartier… Au début, je ne voulais pas faire connaissance avec elle mais je m’étais trompée, c’est une super amie ! Elle a les cheveux courts et noir, crépus aussi, ça c’est grâce à sa belle couleur de peau noire !

Justine: Super amie que nous connaissons depuis nos trois ans. On se demande parfois si elle n’a pas le même âge que nous ! Justine est très cultivée et pratique beaucoup d’activités, toutes les trois on partage beaucoup de choses ! Au bout de deux mois, ça y est ! Je la réclame ! Elle a des cheveux bruns et mi-longs et de discrètes taches de rousseur !

Tout ça me fend le coeur ! Un an sans se voir ! C’est un crime ! Toujours est-il qu’on se rejoindra parfois dans certains pays… Mais ce n’est pas aussi bien que dans notre bon vieux quartier !

Athéna aime la flûte

Athéna ne veut pas quitter sa flûte (entre autre), elle nous l’a bien dit dans son article. C’est vrai que ça serait dommage d’arrêter ! Mais y a pas de raison… Même à Buzudel (Finistère), elle s’y accroche. Merci d’ailleurs pour vos nombreux messages qui lui conseillent de ne pas oublier sa flûte le jour du départ. Une raison en moins donc pour mettre le tour du monde à la poubelle…

10 ans sur un Plateau

Elle a raison Athéna dans son article… Dix ans sur notre Plateau bagnoletais ça compte (d’autant plus quand on a 11 ans !). On ne risque pas d’y tourner en rond avec tout ce qu’il s’y passe. Et bien sûr que nos copains vont nous manquer, y a qu’à voir comme ils assurent :

Mais pourquoi on part ?

Pourquoi partir au tour du monde ? « Parce que c’est le rêve de maman » répond spontanément Indira. Faire le tour du monde en famille, en passant obligatoirement par le Pérou, a en effet toujours été le rêve de Jérômine. Rêve qu’il est temps de réaliser, la famille étant maintenant au complet depuis l’arrivée de Vénus, et « la crise de milieu de vie » nous attendant au tournant, toute positive et propulsante qu’elle puisse être.

Aladin, lui, est un électron libre. Accroché à sa guitare et à Protools, il commence néanmoins à tourner en rond dans son studio bagnoletais. Le voy- age autour du monde, et la trace que nous laisserons, est pour lui l’occasion de mettre à profit et de valoriser toutes les cordes qu’il a à son arc, largement sous-exploitées jusque là : filmer, enregistrer, composer, improviser, autant de talents que nous retrouverons dans le récit de notre aventure. L’occasion également de réaliser son rêve d’enfant : aller voir les volcans d’Indonésie et la cordillère des Andes. Se remplir les yeux de paysages extraordinaires, et faire le tour du monde des arbres remarquables à nos yeux, mais pourtant ordinaires dans leur milieu.

Pour Jérômine, outre son rêve d’enfant dont nous avons parlé plus haut, c’est l’occasion de partager avec sa famille des voyages qu’elle a souvent réalisés seule, au gré des reportages photos accomplis. La notion d’itinérance, sac au dos avec un attachement matériel relativement simple est aussi une motivation pour elle. Suivre ses envies et les chemins qui se présenteront à eux, profiter des rencontres pour avancer sur la route, sont autant de réjouissances qu’elle souhaite faire connaître à ses enfants. Si la découverte des arbres est une des motivations d’Aladin, Jérômine préfère se concentrer sur les histoires des hommes qui gravitent autour de ces arbres.

Pour Athéna et Indira, on peut aussi parler de rêve d’enfant, dans le choix naïf et spontané des destinations qu’elles ont fait : « aller voir les merveilles de la Thaïlande, et les kangourous d’Australie » pour Indira, connaître le Canada et le Brésil pour Athéna. « Et si on arrive à aller à Tahiti, ça serait bien aussi »…
Alors, lorsque Vénus aura 3 ans, qu’Athéna et Indira seront en 5è, le moment nous semble être le bon pour chercher l’aventure, et provoquer la rencontre. Vérifier que le monde n’est pas si dangereux que ce qu’on nous laisse parfois entrevoir. Mettre de côté notre vie bagnoletaise pourtant riche socialement et humainement, pour accentuer la curiosité de nos filles, et les confronter à la complexité du réel. Leur montrer que les beaux projets auxquels on croit sont réalisables. Se remplir la tête de rebondissements et de souvenirs -bons et moins bons- et avoir le plaisir de les partager avec le plus grand nombre à notre retour. Continuer de souder la famille grâce à un voyage mémorable.