Métraglob et Drôle de Tête ont un fils !

Celui-ci, vous l’aurez deviné, à été conçu au Brésil ! N’y voyez aucun soutien à une équipe quelconque en ce temps de compétition internationale …
Ses parents réfléchissent à un prénom, si vous avez des idées ? Foofoot, par exemple, ou Zidi propose Vénus, la réflexion est ouverte.

20140615-104250.jpg

20140615-104649.jpg

Publicités

Au brésil, beauté et insouciance.

Du brésil nous n’avons vu qu’une infime partie : le sud principalement, et au pas de course. Difficile dans ces conditions bien sûr d’en faire un réel bilan. Il s’agit donc comme pour les autres pays de faire notre bilan, et le point sur les idées reçues que nous en avions. Et pour une fois, les belles images que nous avions du Brésil ont été un peu démontées. Si le pays est en effet des plus métissés, il semblerait par exemple que le mélange ne soit pas si simple et magique qu’il y paraisse, à moins de rester à sa place. Si le foot est bien omniprésent, nous attendons de voir comment se déroulera la coupe du monde. Les stades et infrastructures prévus n’étant parait il pas au point, comme nous l’a directement annoncé le chauffeur de taxi de porto Alegre. On a bien compris que pour l’instant les travaux rament et qu’il va falloir être efficace pour accueillir tout ce monde !

N’empêche, l’accueil de nos amis à Sao Paulo, le clou du spectacle, nous a ouvert les yeux sur l’insécurité du Brésil mais également confortés sur l’ambiance fiesta que nous imaginions. Nous y avons découvert le fabuleux carnaval de Sao Paulo, certainement l’égal de celui de Rio, même si nous n’avons profité que des défilés de rues, (les blocos) l’ambiance nous a bien captivés !

Par ailleurs, le séjour chez Dida bien que trop court restera un moment fort de notre voyage brésilien. Nous avons été surpris de découvrir des paysages et un climat qui par certains aspects nous rappelaient la France. Et nous avons surtout été heureux de rencontrer des gens investis et engagés pour le bien être de leur région et de ses habitants.

Mais surtout, surtout, nous avons découvert Rio et toute sa splendeur ! Dire que nous avons failli passer à côté de la plus belle ville du monde parce qu’à force de ne la voir qu’à travers la photo du Christ, Jérômine pensait que toute la ville était moche. Voilà une idée reçue levée, fort heureusement !

C’est complètement l’carnaval !!

Avouons-le, à force de laisser place à nos idées reçues, nous étions plutôt incultes sur le carnaval de Sao Paulo, et même de Rio. Ce n’est que quelques jours avant d’arriver que nous avons compris que tout se passait au sambodrome. Enfin pas tout bien sûr puisque les blocos, groupes de musique de carnaval, animent les rues pendant quinze jours. Les places au sambodrome étant trop chères pour un budget de tourdumondistes que nous sommes, nous avons eu plaisir à découvrir cette ambiance de rue toute la semaine durant. L’ambiance est festive et bon enfant, chacun reprenant en chœur les tubes de carnaval, que l’on retrouve d’un bloco à l’autre.

« C’est complètement le carnaval ! » déclarait Vénus au bout d’une semaine, exténuée par la fête !

Mister Brazil

Arrivés au sommet de la plus grande foret urbaine du monde, la vue était belle !! Au loin, Sao Paulo…

Et devant, un homme posait. La scène était belle, j’ai eu envie de faire une photo. C’était Mister Brazil Sao Paulo, il m’a donné sa carte ! Cool 😉

dej14-tdm10-num-462

Acolhida na colônia

dej14-tdm09-num-162

Sur la route de Sao Paulo, que nous voulions atteindre pour le carnaval, nous avons quand même pris le temps de nous arrêter à la campagne. C’est à Santa Rosa de Lima que nous avions un contact d’accueil à la ferme. Nous avons donc logé chez Dida, qui vit seule dans sa pousada depuis la mort de son mari, et qui trouve son équilibre entre production de miel, et accueil touristique.

Fiesta, soleil et foot, égale Brésil

Il suffit de prononcer le mot Brésil pour ouvrir une boîte magique d’où jaillissent un feu d’artifice de confettis, et un concert de samba. Oui, au brésil c’est la fête en permanence ! La musique ne cesse jamais, de la Batucada à la rumba en passant par la capoeira. Et les brésiliens, métissés et de tous types dansent en tenue sexie, mini shorts et torse nu, tous en tongs !
Et lorsqu’on ne danse pas, on joue au foot, ce qui n’empêche pas de faire la fête ! La coupe du monde bien sûr en sera certainement la preuve quelques mois après notre passage, nous en verrons probablement les prémices !
L’Amazonie elle, fait moins la fête … Véritable poumon vert de la planète, les intérêts humains mercantiles et à court terme, la détruisent au rythme de plusieurs terrains de foot par jour, menaçant bien sûr l’écosystème planétaire, et la survie de peuples primitifs tentant tant bien que mal de défendre leurs biens.

Mis à part l’Amazonie, que nous ne verrons pas car trop au nord, nous imaginons assez peu les paysages. Aladin a en tête des montagnes en pain de sucre, et Indira se demande si les favélas ressemblent vraiment à des montagnes de petits cubes colorés comme dans le dessin animé Rio. Athena, elle, imagine de beaux oiseaux exotiques et des endroits déserts à cactus comme dans les western.

Vous l’aurez compris, nous sommes contents d’aller découvrir ce pays en fête où il fait toujours beau. Seul petit bémol pour ce séjour : le brésil est le seul pays d’Amérique du sud où on ne parle pas espagnol. On espère donc que notre spectaculaire apprentissage de la langue acquis ces trois dernières semaines ne s’écroulera pas …