Ode à Valparaiso

Cet article est pour Camille qui sut prendre des risques pour moi (!), et me motiva à Valparaiso…

Nous connaissons tous Pablo Neruda. Au moins pour une rue, un centre culturel une place de banlieue qui porte son nom. Ce fut donc l’occasion au Chili, et plus particulièrement à Valparaiso d’approfondir nos connaissances sur ce personnage, nous retrouvant sur ses traces à Valparaiso. Non pas que nous ayons visité sa maison, les musées n’étant pas notre truc, honte à nous. Nous sommes tout de même passés devant, le seul jour de fermeture, un lundi…

En revanche, nous ne pouvions que découvrir son poème que nous aurions pu mettre en exergue de notre blog :

« Il meurt lentement celui qui ne voyage pas,
(…)
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés. »
Mais c’est bien sûr l’Ode à Valparaiso que nous voulons vous présenter ici, après dix jours de flaneries dans cette ville qui nous a tant plu, qui nous attend plus…
Publicités

6 commentaires sur “Ode à Valparaiso

  1. Hardi, les gars, vire au guindeau, Good bye, farewell, good bye fare well, Hardi les gars, adieux Bordeaux Hourrah, oh ! Mexico, O, O, O, Au cap Horn il ne fera …

  2. 40 ans après, le livre de P.Néruda, Nobel de littérature « J’avoue que j’ai vécu » continue à avoir de jeunes lectrices et lecteurs . Formidable !
    Pas de regret pour la visite manquée a sa maison , les photos n’y sont pas autorisées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s