Le monde à l’envers

Lundi nous avions rendez-vous tous les cinq au centre de vaccination Air France pour les derniers vaccins.

-« vous partez le 13 août ? Alors pour la rage et l’encéphalite japonaise, c’est trop tard. Il faudra faire attention à tous les animaux : ne pas se faire mordre, griffer, ni même lécher sur une plaie. On va faire la fièvre jaune et la typhoïde ».
-« oui, c’est ce que j’avais prévu.  »

-« et pour le Palu, vous avez prévu quoi ?  »
La je lui explique que d’après des témoignages avisés et expérimentés, il s’avère que le traitement préventif au long cours n’est pas facile à tenir. Donc nous avons prévu de bien nous protéger : manches longues et pantalon dès la tombée du soir, et bien sûr, moustiquaire chaque nuit. Voici la médecin qui approuve notre plan, déjà validé d’ailleurs par le pédiatre des filles.

-« Et en cas de crise ? » Me demande-t-elle.

Là aussi, on nous a conseillé de prendre des traitements sur place, puisque les médicaments la bas sont paraît il plus efficaces que les nôtres. « Ah oui, des traitements par les plantes ? Peut être … »
« Heu, non, je pensais à quelque chose de plus sérieux » lâchais-je spontanément.

… Comme si les plantes n’étaient pas sérieuses ! Mais elle m’ tellement prise de cours, que je n’ai pas pensé à creuser la question !

Quant à Athi et indi qui n’aiment déjà pas les moustiques bagnoletais et bellifontains, elles ne sont pas prêtes de relâcher leur vigilance : entre Palu la nuit, et Dengue le jour, elles ont mis dans leur sac une provision de citronnelle et de lavande !

20130730-165327.jpg

Publicités

6 commentaires sur “Le monde à l’envers

  1. Pour la rage tu peux toujours le faire plus tard lors de ton voyage. Pour l’encéphalite japonaise oublie. Je l’ai fait il y a 20 ans et c’est du lourd comme vaccin, sauf s’il l’on amélioré depuis. Mais ce n’est que pour des séjours de plusieurs mois en campagne, donc laisse tomber. Au pire je connais un bon acupuncteur au Vietnam qui soigne ça.

  2. ça c’est le vif du sujet question voyage.. ben moué, qui ne suis pas très très pro vaccin, je ne dis rien. Bien sûr, ils ont un intérêt dans les contrées lointaines, du point de vue de nos petits corps fragiles d’européens. Si j’étais dans cette situation, je me renseignerais à fond sur toutes ces bestioles hostiles pour savoir comment elles fonctionnent, ce qui les répugne, les repousse, les attire.. persuadée qu’il existe-et les locaux en savent souvent bien plus que nos vendeurs de vaccins-(et clac) pleins de moyens de s’en protéger.. et gérer une crise éventuellement. Pour Indi, Lavandin aspic, en appli sur la peau en cas de piqure,très efficace, jamais en diffusion.. pour les chiens errant, un bâton en main, y a que ça de bon:) des conseils de baba, peut-être, mais moi ce que je pense des effets secondaires des vaccins lourds…bisette de Marseille

  3. pour les crises (quelles qu’elles soient) le conseil de l’acupuncteur est excellent! et surtout ils s’y connaissent quand meme bien mieux que nous en terme de maladies »regionales »… et les conseils des grand-meres locales aussi! ^_^ j’ai hate de lire vos premieres peripeties!!!

  4. Bah… l’encéphalite japonaise, je ne l’ai jamais fait ce vaccin non plus et j’ai passé 5 ans là bas et dans les environs…et me suis faite bouffée par les moustiques de toute la zone Asie! mais la protection locale est la plus sûre et la plus à jour : et oui, les médocs données par les locaux c’est aussi la super bonne solution, je cautionne!(et j’ai voyagé aussi avec mes enfants, bébés alors)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s