Du sang neuf

Le séjour au Mexique s’annonçait comme une fin de course … Cancun ne nous emballait pas, Athena et Indira ayant filé vers Los Angeles, les autres vers le Belize, il ne restait ici plus que quinze jours. Trop peu pour aller voir le cousin Geoffroy expatrié au centre de ce grand pays. Aladin de toutes façons n’avait plus de batteries pour quoi que ce soit et décida de faire la grève des bus. Jéromine se morfondait déjà de rater ce séjour mexicain, désolée de gâcher la fin du voyage à attendre le retour sans rien faire.
On se décida donc pour Tulum, pas trop loin, et pas trop moche paraissait il …
Les ruines mayas, la plage de sable aveuglement blanc, et la baignade au milieu des tortues commençaient à remonter le moral des troupes. L’attente du retour ne serait ni trop fatigante pour Aladin, ni trop décevante pour Jéromine.

Mais c’est surtout la venue de Geoffroy qui reboosta l’humeur familiale. Geoffroy nous rejoignit d’un coup d’avion et de voiture de loc le temps d’un week-end royal. Il débarqua dans notre bungalow le vendredi soir, chargé de bon vin français, de roquefort accompagné de son pain au raisin, de crème de marron et de carambars ! Sans oublier les derniers produits Danone de sa création, notamment du yaourt non brassé !

10540543_486875014781826_5389092276916623522_n

Son festival de générosité continua dans le bon restau français de Tulum, où les filles trouvèrent leur bonheur dans des crêpes, Aladin dans la bavette à l’échalote de son enfance, et Jéromine dans une bonne salade de lentilles aux courgettes crues que ses amis amapiens reconnaîtront.
Puis Geoffroy nous gâta tout le week end en nous emmenant naviguer parmi les dauphins, nous extasier sur un crocodile, admirer le gosier tremblant des pélicans, faire la course avec les tortues de mer ( qui faillirent gagner, si si !), nager au milieu des calamars, se baigner dans une eau indécemment transparente en pleine mer des caraïbes ou encore se rafraîchir dans l’eau pure des cenotes entre stalagmites et stalactites.

Nous étions heureux de rencontrer notre cousin dans son nouvel environnement, avons été émus par son accueil et sa générosité, et redynamisés grâce à lui pour la suite du voyage !

 

Publicités

11 commentaires sur “Du sang neuf

  1. Quelle nouvelle à laquelle on n’osait désespérer , mais de réalisation tout à fait remarquable; même absents, nous en goutons toute la joie et n’aurons de cesse de nous en faire relater les moindres détails et les plus grands sujets de fous rires…quelles journées ce durent être ! Vivement les récits .bravo et admiration pour cette magistrale surprise ! Hanacpachap cuicissin .

    • Les cenotes sont des gorges souterraines d’eau douce qui débouchent sur la mer.
      Celles du Mexique sont les plus grandes du monde (voire de l’univers).

      • Mais je croyais que n’étais pas allé au Mexique !?
        Sais tu combien il y en a dans la péninsule où nous sommes, et combien de km à cette galerie, effectivement la plus grande du monde ?

      • En effet, je ne suis pas allé au Mexique, mais les cenotes mexicaines sont connues dans le monde de la plongée…

  2. fin de parcours… en amérique du sud ou fin du tour du monde?
    Quelle est la prochaine étape?
    Allez courage Aladin, un jour tu retrouveras ton véhicule à toi.
    Un camping-car, cela ne te dirait pas?! 😉

    • Fin de parcours total … Arrivée à Paris le 19 août Gare du Nord.
      Après je crois qu’il faudra commencer par retrouver un scooter avant le camping car 😉

      • Alors profitez de vos derniers jours sur les plages. Nous sommes en ce moment à Buenos Aires, et pas sure que j’arrive à faire rentrer Pascal dans un métro, même comme exercice avant de retrouver, un jour, le métro parisien. Aladin serait il aussi définitivement vacciné contre les transports en commun?
        Allez, plus trop longtemps avant que l’on puisse se régaler de brie, magret de canard et autres.

  3. On est comme des ignares, dépassés par le dub, le ragga, le reggae, le raga .
    Ya pas grand chose a la tele sur tout ça , notes ou cenotes .

    • Merci en effet de souligner la différence entre le ragga qu’alad vient d’écrire au Belize, et le raga qu’il aurait pu écrire en Inde !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s